Comment travailler la technique ?

La technique est l’un des domaines les plus importants au tennis. Nous entendons souvent que la technique n’est pas très importante, que le mental et le physique prédominent. Cependant, il sera impossible de bien jouer au tennis sans les fondamentaux techniques. Tous les joueurs ont des styles de jeu différents, plus ou moins académiques, mais tous les bons joueurs respectent ces fondamentaux.

 

Qu’est ce que la technique au tennis ?

La technique est une façon de procéder pour atteindre un résultat. Il y a des fondamentaux à respecter pour que le coup soit exécuté convenablement. Nous voyons souvent des pratiquants avoir des difficultés techniques, les raisons des erreurs sont souvent faciles à voir de l’extérieur mais il est difficile de s’en rendre compte pour le pratiquant. La faute au tennis est la conséquence d’une cause technique. Mais parfois, il ne faut pas chercher plus loin que les règles de base pour trouver la raison de l’erreur et s’améliorer. Voici les fondamentaux de base :

  • Pour que la balle monte, je dois avoir un mouvement de raquette du bas vers le haut
  • Pour rabattre une balle haute, ma raquette doit être en phase descendante au moment de toucher la balle
  • Pour avoir de l’équilibre, mes pieds doivent avoir un écartement important.
  • Pour avoir un service efficace, je dois toucher la balle le plus haut possible pour avoir de l’angle.
  • Pour effectuer une volée basse, mon tamis doit être ouvert vers le ciel.
  • Pour taper fort, ma raquette doit avoir réalisé beaucoup de chemin avant de toucher la balle (inertie).
  • Pour démarrer rapidement, je dois être sur l’avant des pieds.
  • Pour frapper correctement et éviter de me faire mal, je dois toucher la balle devant mon corps.

Tous ces aspects techniques paraissent simples, ils relèvent du naturel mais ils sont souvent la cause d’erreurs. Il y a ensuite de nombreux facteurs biomécaniques qui définissent la technique. Il en va des connaissances du coach de les transmettre aux pratiquants.

 

Quand et pourquoi travailler la technique ?

Il y a différents moments pour travailler la technique selon le niveau du pratiquant. Chez des joueurs experts, la technique sera privilégiée lors des préparations (grosses périodes d’entraînement sans tournoi). A un niveau inférieur, la technique peut être travaillée tout au long de l’année, à différents degrés. Il est important de travailler la technique dans un réel objectif de jeu et de progression. Il est parfois difficile pour un coach de trouver le travail technique judicieux. Par exemple, on ne va peut être pas s’attarder sur un travail technique de régularité de fond de court sur un joueur faisant service volée retour volée. Il faut toujours garder une vision à moyen/long terme en ayant une idée bien précise du jeu à mettre en place.

Autre point important, si un joueur a un défaut technique mais que son coup est efficace, pourquoi le changer ? On voit souvent des joueurs de très haut niveau avec des gestes peu orthodoxes. Tant que le coup ne freine pas la progression, il n’y a aucune utilité d’y apporter des changements techniques.

 

 

Quels sont les fondamentaux pour travailler la technique ?

Je dirais qu’il y a plusieurs facteurs très importants afin de travailler la technique efficacement :

  • Se focaliser sur un ou maximum deux points techniques par année. En effet, un changement technique va entraîner des modifications neurosensorielles. Il est très important de ne pas se perdre sur une multitude de changements techniques, le cerveau ne pourra pas enregistrer efficacement toutes ces modifications. La répétition sera donc votre meilleur allié dans un but d’apprentissage, afin que le nouveau mouvement soit assimilé.
  • Préparer mentalement le pratiquant : il faut faire comprendre quel est le but de ce changement et que lorsqu’il y a apprentissage, il y a forcément une phase de régression juste avant l’évolution. C’est pour cela qu’il faut prendre le temps et éviter ces changements dans une période de tournois. Le pratiquant doit comprendre et visualiser le changement technique à atteindre afin de pouvoir se juger techniquement. Le changement doit avoir un objectif à moyen/long terme, le but est de construire un coup.
  • Garder un côté ludique ! Pour être un bon enseignant, il faut creuser, toujours se réinventer et mettre du ludique dans les séances. Alors forcément, lorsqu’on se concentre sur un ou deux changements techniques, on va être très souvent concentré sur le même coup. Il est primordial de trouver toutes sortes de situations afin d’attirer l’intérêt du pratiquant.
  • Les outils pédagogiques : l’enseignant doit avoir avant tout de bonnes connaissances sur la biomécanique afin de travailler correctement. Ensuite, il va devoir mettre des choses en place afin de corriger l’erreur technique. Il y a deux grandes catégories de moyens pédagogiques : les éducatifs et les correctifs.

Les éducatifs ont pour but de faciliter la tâche à l’aide d’une astuce, d’une consigne ou de matériel. Pour réaliser le geste attendu, le pratiquant est obligé de respecter la consigne. Voici quelques exemples d’éducatifs : pour la préparation et/ou la mise à niveau  en coup droit, mettre un objet sur le côté et obliger le joueur à préparer par-dessus l’objet et à descendre dessous avant de frapper. Pour travailler le lancer de balle, donner un repère à atteindre pour que le lancer soit correct. Mettre un sur-filet pour travailler les trajectoires.

Les correctifs ont pour but d’exagérer un aspect afin d’arriver au résultat voulu. Voici quelques exemples : si vous avez une prise extrême en coup droit et qu’il vous est impossible de taper à plat, vous pouvez essayer de jouer avec une prise très ouverte pour ressentir les sensations et fermer ensuite petit à petit la prise pour atteindre celle que vous souhaitez garder. Si vous avez du mal avec la pronation au service, donc du mal à servir de gauche à droite pour un droitier ou du mal avec l’effet kické, vous pouvez servir de face, ce qui va vous obliger à accentuer votre pronation afin de servir dans le terrain. Pour quelqu’un qui a une préparation trop ample et du mal à bloquer lorsque la balle arrive vite, on peut par exemple lui demander de préparer avec le coude collé au corps en coup droit.

Ces moyens pédagogiques sont à utiliser judicieusement. En respectant les règles de base, il est certain que vous obtiendrez des résultats positifs. Il est également important de rappeler que l’on est beaucoup plus modelable lorsque l’on est jeune. Il est plus facile d’automatiser de nouveaux mouvements. Les premières années de formation du joueur sont donc très importantes dans son apprentissage, pour développer des habitudes justes. Il faut garder en tête que la partie technique n’est surtout pas à négliger ! Certes, le mental et le physique ont une importance capitale. Mais sans la technique, personne ne peut atteindre le haut niveau. Il est donc très important d’enseigner dès le plus jeune âge les bonnes habitudes. Il y a évidemment plusieurs façons d’enseigner, mais il est certain que ces fondamentaux sont capitaux pour avoir de la réussite.

 

Articles suggérés