COMMENT TRAVAILLER LA CONFIANCE EN SOI AU TENNIS

LA CONFIANCE EN SOI

Les attentes du joueur sont le reflet de sa confiance. La confiance est la conviction que l’on peut réussir à se comporter de la façon désirée dans une situation donnée. C’est d’ailleurs au niveau de la confiance que se fait le plus souvent la différence entre les joueurs qui remportent beaucoup de succès et ceux qui ont moins de résultats. Les joueurs de tout premier plan croient en effet fermement en leurs capacités.

Prenons un exemple illustrant le propos : Lorsque vous raisonnez de façon négative sur le terrain de tennis, ou que vous ne pensez qu’à défendre, cela entraine généralement un déplacement vers l’arrière de votre centre de masse (une plus grande partie du poids se porte sur le pied arrière) et un raidissement du corps (qui se déséquilibre et tombe en arrière). Quand ce phénomène se produit, vous n’avez plus assez de puissance pour frapper la balle et vous compensez avec le bras. C’est à ce moment-là que la longueur de votre balle se raccourcit, et que votre adversaire peut prendre la balle plus tôt et être à l’intérieur du terrain. De là vient l’expression « jouer petit bras ». À l’inverse, lorsque la confiance en soi est présente en vous, cela donne naissance aux émotions et aux pensées positives, à une facilité de concentration, et ça vous pousse à vous fixer des objectifs plus stimulants. La confiance en soi accroît la persévérance et l’effort, influe sur le choix des coups et l’ascendant psychologique, et rend le joueur plus optimiste et plus réaliste. Cette sensation que rien ne peut vous arriver, que la balle soit plus grosse que d’habitude, et que vous ayez deux secondes d’avance sur votre adversaire.

 

EXEMPLES DE SITUATIONS NÉGATIVES POUR LA CONFIANCE AU TENNIS

Toutes les situations décrites par la suite vont vous sembler une évidence, parce que 100% des joueurs de tennis l’ont déjà vécu, mais il est important d’en avoir conscience, pour que lorsqu’elles arrivent, vous ne soyez pas surpris de l’impact que ça peut avoir par la suite sur votre tennis. Par exemple : rater de nombreux coups et rater des balles faciles, perdre contre un adversaire de niveau plus faible que soi, perdre un point important (balle de break, de jeu, de match), gâcher une avance confortable (je mène 40-0 sur mon jeu de service, mais je me fais finalement breaker), commettre des doubles fautes, perdre son jeu de service.

Évidemment, si ces situations se produisent alors que je mène 6/1 5/0 face à un adversaire plus faible, ma confiance ne dégringolera pas subitement. Mais elle peut se fragiliser durablement si la situation perdure, et que je n’arrive pas à panser les plaies immédiatement. Nous pouvons ressentir cette baisse de confiance à des moments souvent où l’on s’y attend le moins, comme par exemple pour conclure un match que l’on maitrise plutôt bien jusqu’à présent (« 6/4 5/3, je m’apprête à servir pour le match, je me fais breaker, 5/4, il recolle à 5/5, j’étais si proche de gagner et voilà que je dois tout recommencer »), ou que l’on commence à faire plus de fautes directes avec son coup favori. Ce manque de confiance peut aussi s’ancrer en soi de façon récurrente à cause de pensées négatives enfouies en soi dues aux expériences passées de notre vie de compétiteur : avoir perdu des matchs en étant très proche de le remporter (« Je sais très bien que lorsque le match est serré, je ne gagne jamais »), revivre une situation négative qui s’est déjà produite par le passé (« mon adversaire part au toilette à 4/4 dans le 3ème, je vais perdre comme la dernière fois »), être sur une longue série de défaites consécutives.

Très souvent, le manque de confiance du joueur ne se manifeste que sur un coup en particulier (coup droit, second service, smash etc.). Dans ce cas, le problème n’est généralement pas d’ordre mental, mais plutôt d’ordre technique ou tactique et doit être traité en tant que tel. Attention aussi à quelque chose qu’on n’aime pas forcement s’avouer, c’est l’excès de confiance pendant un match. Ce sentiment qui amène une personne à se croire meilleure qu’elle ne l’est en réalité. C’est un problème que l’on rencontre fréquemment lorsque deux joueurs de niveaux différents se retrouvent face à face et que l’un d’eux se surestime et sous-estime l’autre joueur. Pendant un match, l’excès de confiance manifesté par un joueur l’amène à jouer un peu n’importe comment (tenter des points gagnants de n’importe quel endroit du terrain, oublier tout schéma tactique de base, jouer « en marchant ») ce qui se traduit souvent par un retard au score dès les premiers jeux de la rencontre et rend d’autant plus difficile une remontée à la marque, et même une victoire finale.

 

COMMENT ACCROITRE LA CONFIANCE EN SOI

Pas de panique ! À partir de maintenant, vous allez trouver quelques « tips » pour vous aider à avoir confiance en vous durant vos nombreux matchs de tennis. Cette liste est non-exhaustive, et vous trouverez sans doute dans d’autres lectures, d’autres moyens pour vous aider à avoir confiance en vous. N’hésitez pas à travailler ça dès l’entrainement, pour pouvoir les reproduire plus facilement en match. Maintenant, à vous de jouer !

Se parler de façon positive

Se parler est un processus de réflexion interne. Cette « discussion avec soi-même » peut être de deux natures : positive ou négative. Évidemment, lorsqu’elle est positive, la réflexion interne a une influence considérable sur les réactions du joueur face aux situations défavorables et a un effet direct sur ses sensations ou ses actions futures. Ces réflexions positives doivent porter sur l’affectif (« super », « ne lâche pas c’est top ce que tu es en train de faire »), ou sur l’activité du joueur (« baisse tes jambes un peu plus »).

Penser de cette façon vous aidera grandement à contrôler vos états émotionnels, et vous arriverez plus facilement à jouer point par point, et à rester dans le moment présent.

Si vous avez tendance à vous parler de façon négative, l’entraineur peut et doit vous aider. Il peut vous demander de répéter ce que vous avez dit après cette faute dans le filet (« t’es nul ! ») ou de verbaliser ce que vous avez pensé dans votre tête. Et imaginez ce que vous ressentiriez si c’était votre coach qui vous disait la même chose ? Dans quel état interne seriez-vous s’il vous disait « comment tu peux rater ce revers, qu’est-ce que tu es nul ! ». La réaction première serait sûrement de rigoler, pour ne pas perdre la face devant lui, mais à l’intérieur de vous, sachez que les dégâts seraient dévastateurs. C’est exactement la même chose quand vous vous parlez à vous-même de la sorte. Et l’entraîneur doit vous faire savoir qu’il vous fait confiance. En effet, toute personne est plus susceptible de croire en ses moyens lorsque les autres croient en elle. À la place, reprenez cette affirmation de vous-même « je suis nul », et transformez la en quelque chose de positif. Et revivez la scène : balle dans le filet, vous êtes énervé et vous dites « on oublie, c’était une bonne idée, je ferais mieux la prochaine fois ». Ne vous sentez vous pas mieux et calme après avoir dit ça ?

Tenter de se connaître soi-même pour anticiper les moments de doute

Ne pas hésiter à répondre à ces questions sur papier, et à en parler avec votre coach : « À quels moments est-ce que je doute de moi –même ? » ; « Ma confiance évolue-t-elle au cours d’un match ? » ; « Ai-je peur de jouer certains coups ? » ; « À quel moment du match, dans quelle situation ? » ; « Quelle est ma réaction face à l’adversité ? Est-ce que j’apprécie les matches difficiles, serrés ? » ; « À quels moments suis-je trop confiant ? Face à qui ? »

Répondre à ces questions, avec bienveillance et sans jugement de votre part vous aidera à comprendre, pour ensuite anticiper certaines réactions, et les reproduire si elles sont positives.  Exemple : « Quand j’y réfléchis, je me rends compte que lorsque le match est serré, je fais beaucoup plus de fautes en revers. Pourquoi pas tenter à ce moment-là, maintenant qu’on le sait, de construire mon point autour de mon coup droit, et de ne faire par exemple que du décalage coup droit quand je sens la tension monter ? ». C’est en se posant toutes ces questions et en y répondant positivement que vous arriverez à maintenir un niveau de confiance constant durant toute une rencontre.

Prendre exemple sur des compétiteurs exceptionnels

On a tous en tête un joueur qui nous fait rêver, dont on se souvient d’une attitude, d’un comportement, d’un renversement de situation exceptionnel. Un joueur dont ils nous arrive de reproduire des coups à l’entrainement. Amusez-vous à reproduire à l’entrainement des attitudes positives de vos idoles. Car qu’elles soient verbales, corporelles ou non verbales, elles vous aideront à faire grandir la jauge de confiance en vous durant un match. Et vous devez commencer dès maintenant à le travailler à l’entrainement.

Se souvenir du travail intense accompli et de la bonne préparation que l’on a suivi

Rentrer sur le terrain en sachant que l’on n’a rien à se reprocher au niveau de sa préparation et de son travail est une très bonne méthode pour renforcer sa confiance en soi : « Je n’aurais absolument rien à me reprocher, que je gagne ou que je perde, car j’aurais donné le maximum pour réussir à atteindre mes objectifs. » Évidemment ceux-ci doivent être réalistes. Si vous travaillez pour gagner Roland Garros alors que vous êtes champion de votre quartier, la déception risque d’être accrue. D’où l’importance d’établir des objectifs réalistes et réalisables à court, moyen et long terme avec son entraineur.

« Si je perds, je serais tombé sur sûrement plus fort que moi, et si je gagne, je peux être fier de moi et continuer à espérer engranger des victoires par la suite. »

Se sentir bien physiquement sur le court, accroître sa force physique et son endurance, c’est être prêt mentalement à ne rien lâcher pendant des heures, et à rester confiant dans les moments les plus compliqués du match.

C’est pourquoi il est très important de s’établir une programmation tournoi de qualité, efficace, afin de pouvoir, avant de partir jouer, se laisser au minimum une bonne semaine pour se refaire une condition physique solide avant les duels à venir. Vous n’imaginez pas la confiance que vous aurez de vous sentir « fort » dès le premier match du tournoi.

 

QUELQUES EXERCICES TENNIS PERMETTANT D’AMÉLIORER LA CONFIANCE EN SOI  

Jouer des points avec votre partenaire d’entrainement, avec la contrainte d’annoncer à votre entraineur vos intentions tactiques avant chaque début de point. Vous pouvez faire le même exercice en annonçant à votre entraineur votre plan tactique pour les deux jeux suivants.

Faire un exercice au panier avec votre coach, qui vous envoie des balles faciles et hautes à mi-court que vous finissez d’un coup droit gagnant.

Imaginez des mots, phrases ou dialogue positifs que vous devez vous répéter avant diverses situations (avant de servir « respire lentement et relâche tes épaules », après le gain du premier set « je continue cette agressivité dès le premier point du premier jeu du second set »). N’hésitez pas à les écrire sur du papier et les mettre dans votre sac. Des mots clefs, des phrases positives qui ont du sens pour vous !

Jouer des points. Vous perdez le point à chaque fois que vous vous parlez de façon négative. Simple et efficace !

Un joueur n’a pas le moyen de contrôler les fautes qu’il commet, mais il peut contrôler sa façon de réagir à ses erreurs.

Articles suggérés

raquette-dunlop-mouratoglou
La technique du smash au tennis
default image
Les cordages utilisés par les joueurs de tennis professionnels
joueuse-adulte
La technique de la volée de revers au tennis
tennis-stage-enfant
Choisir une raquette pour un enfant
raquette-dunlop-mouratoglou
Le cordage au tennis
tennis-stage-enfant
Les prises de raquette en coup droit au tennis
tennis enfant
La technique du service au tennis
stage-enfant-entrainement
La frappe en revers à une main au tennis
joueur-adulte
La tactique pour le retour de service au tennis
femme tennis
Comment améliorer la coordination de ses mouvements ?
default image
Equipement pour jouer au tennis
stage-enfant-tennis
La technique du jeu de jambes au filet
coaching tennis
Conseils pour battre un attaquant de fond de court au tennis
stage-ados-intensif
Le service volée
raquette-dunlop-mouratoglou
Comment réaliser un bon revers d’attaque au tennis
coaching tennis one to one
Conseils pour battre un joueur de tennis qui monte à la volée
coup droit junior
Le coup droit d’attaque
jeu-tennis-adultes
La technique de la volée au tennis
jeune-tennis-entrainement
La prise marteau au tennis
fitness-prepa-physique
Préparation physique et mentale au tennis
coaching enfant tennis
La préparation du revers à une main au tennis
terre-battue-tennis
Comment bien choisir sa chaussure de tennis
fin d entrainement
La tactique en fond de court au tennis
La prise continentale au tennis
stage-competition
Le mental au tennis
joueur-adulte
Comment réaliser l’amorti parfait
default image
Les techniques de prise de raquette pour le service
groupe tennis
Comment travailler sa VMA ?
default image
Coaching Corner
Stages-adultes-famille
Comment choisir sa raquette de tennis lorsque l’on est sujet au tennis elbow
raquette-dunlop-mouratoglou
Le coup droit au tennis
joueuse-adulte
Cinq routines pour performer en match
stage-enfant-entrainement
La position armée au service
stage-junior-handshake
Routines d’avant match au tennis
entrainement-tennis-ado
Gagner contre un rameur
coaching-jeune
Quand faut-il changer le cordage de sa raquette de tennis ?
entrainement-homme-adulte
Le relâchement au tennis
tennis-stage-enfant
Les cordages de tennis en boyau naturel
tennis-balle
La technique du LOB au tennis
entrainement-homme-adulte
La frappe du retour de service au tennis
Stages-jeunes
Bien se connaître
coaching-intensif-stage
La technique du coup droit en décalage
stage-joueur-adulte
Gérer les blessures au tennis
service tennis ado
La tactique au tennis
revers-tennis-adulte
La préparation du revers à deux mains au tennis
entrainement-homme-adulte
La technique au tennis
tennis-junior-stage
La technique du jeu de jambe en fond de court au tennis
coaching coup droit fille
Conseils aux parents qui ont un enfant qui joue au tennis
joueuse-adulte
Le coup droit en bout de course