Les cordages de tennis en boyau naturel

Le cordage est un élément important de la raquette, tout autant que le cadre en lui-même. « Le cordage c’est le coeur et l’âme de la raquette » disait Arthur Ashe. Cette partie de la raquette, la seule qui rentre en contact avec la balle, est pourtant aujourd’hui souvent mal connue et délaissée des amateurs de tennis qui se concentrent uniquement sur le choix de la raquette. Parmi la multitude de cordages existants de nos jours (monofilament, multifilament, hybride), nous allons analyser le boyau naturel. Il est le plus vieux cordage existant et reste à ce jour le nec plus ultra des cordages.

 

Historique

L’histoire du boyau remonte à la fin du 19e siècle. Il est crée en 1875 par Pierre Babolat, fondateur de la marque Babolat. A l’origine les boyaux utilisés étaient des boyaux de moutons mais avec une faible force de tension et une petite longueur, ils ne se prêtaient pas bien au tennis. Ils sont remplacés petit à petit par des boyaux de vaches qui contiennent des fibres de collagène et des fibres élastiques qui donnent la caractéristique de confort au boyau naturel. A travers les décennies, le boyau naturel a été utilisé par les plus grands joueurs depuis René Lacoste, Bjorn Borg, Yannick Noah et jusqu’à Roger Federer aujourd’hui.

 

Fabrication

La production de boyaux naturels est un processus manuel. Une fois que la séreuse, fibres d’une partie de l’intestin de la vache, a été retirée de l’animal, elle est coupée en rubans. Les rubans sont ensuite nettoyés. Le nettoyage et la préparation de rubans est propre à chaque fabricant, mais sont sujets à plusieurs bains. Le but est d’enlever les impuretés tout en conservant le collagène. La corde peut ensuite être blanchie pour éliminer la couleur orangée des rubans.

Une fois que les rubans sont lavés et les impuretés éliminées, une couleur peut alors être ajoutée par le fabricant. Les rubans sont ensuite liés pour être séchés. Le séchage est une étape très importante dans la conception du boyau. Le procédé peut prendre plusieurs jours. Les rubans commencent alors à ressembler à une corde. La couche externe est lissée pour avoir un meilleur aspect. Ensuite le fabricant choisit la jauge voulue, généralement entre 1.25 et 1.35 pour du boyau. Une couche de polyuréthane est alors appliquée afin d’améliorer la résistance à l’ennemi du boyau : l’humidité. La corde est enfin prête ! Comme vous le découvrez le processus de production est long et il faut savoir que quatre semaines et pas moins de trois vaches sont nécessaires pour produire un cordage.

 

Avantages

La conception structurelle et les qualités d’élasticité uniques de ce type de cordage sont fournies par le collagène issu des intestins des vaches. Le collagène dans la séreuse a une composition moléculaire qui lui permet de résister aux contractions et aux étirements de l’intestin. Grace à une structure particulière, en triple hélice, il fournit les sensations si spéciales de ce cordage. Ce cordage est celui qui fournit la meilleure élasticité, une bonne puissance et un grand confort pour le bras. Il est particulièrement recommandé pour les joueurs de tennis qui souffrent de douleurs au bras, comme le fameux tennis-elbow.

Grace à la souplesse et la douceur procurée à l’impact, le boyau donne la sensation que la balle reste plus longtemps dans les cordes qu’avec les autres cordages, fournissant ainsi plus de contrôle au joueur. Le boyau conserve mieux sa tension d’origine que les autres cordages synthétiques. Les joueurs de tennis professionnels apprécient cette qualité. Lorsqu’ils cassent un cordage, ils savent qu’il y aura pas ou très peu de différence avec une autre raquette. Cet aspect est également intéressant pour tous les joueurs qui cassent peu car la tension restera la même tout au long de la durée de vie du cordage.

 

Inconvénients

A l’époque, le boyau ne supportait pas l’eau. C’était un gros problème pour les joueurs, notamment pour ceux vivants dans des régions à climat humide, où la moiteur de l’air pénétrait la corde et la détériorait. De nos jours, le boyau est couvert d’une couche protectrice qui le protège mieux de l’humidité. Le nettoyage et l’application de cire sur le boyau préserve de l’humidité et augmente la durée de vie du cordage. Il permet également de réduire la friction. Sur terre battue, la terre et le sable logés entre les cordes peuvent augmenter la friction. C’est pourquoi le soin de la corde nettoyée et cirée prolongera sa durabilité. Il est fortement déconseillé de jouer sous la pluie avec ce type de cordage car la couche protectrice va s’abimer et ne protégera plus le boyau. Il faut également protéger sa raquette lorsque l’on ne joue pas, afin que le cordage reste au sec.

L’origine naturelle du boyau et son processus de fabrication long et technique font que le boyau naturel est un cordage très cher. Certaines marques proposent des boyaux de bonne qualité aux alentours de 27€. Afin de baisser le coût mais également pour gagner en rigidité, certains joueurs utilisent un cordage hybride : moitié boyau moitié fibre synthétique. Le coût reste relativement élevé comparé à un cordage synthétique haut de gamme coûtant entre 14€ et 17€. A noter que le boyau naturel ne se vend qu’en garniture, à l’unité, contrairement aux cordages synthétiques que l’on trouve en bobine de 100 ou 200m, ce qui fait encore baisser le prix unitaire du synthétique.

 

Plus vieux cordage existant à ce jour, le boyau naturel est un excellent cordage, si ce n’est le meilleur. Il procure des sensations agréables par sa souplesse et son confort d’utilisation tout en apportant de la puissance. C’est le cordage le plus utilisé à haut niveau, souvent en hybride. Son seul inconvénient est un prix largement supérieur aux autres types de cordage.

Articles suggérés